mardi 27 novembre 2007

Un musée: Le Marmottan Monet et autres délices

Bonne idée!

J'aime (qui n'aime pas?) les peintres impressionnistes.  Je rêve du jour où je pourrai visiter les jardins de Giverny.  Malheureusement, je ne suis jamais en France pendant la bonne période.  Alors, je retourne voir la collection spectaculaire du Musée d'Orsay et je m'émeus ...

Jusqu'en février 2008, le musée Marmottan Monet (16e arrondissement) présente la collection impressionniste de Georges de Bellio.  Je me permets ici de reproduire le texte promotionnel de l'exposition.


BASElGBeBal

Berthe Morisot,
Au bal
1875

«Communiqué

Né à Bucarest en 1828, Georges de Bellio quitte la Roumanie secouée par les luttes intestines. Il découvre la France en 1850 sous la Seconde République bientôt remplacée par le Second Empire de Napoléon III et s’y installe définitivement.

Médecin de formation, homéopathe convaincu, la fortune familiale est suffisante pour lui permettre de consacrer sa vie à la passion qu’il a pour l’Art. Curieux de tout, sa collection montre l’éclectisme de ses goûts, mais très vite, les œuvres picturales de ses contemporains le captivent. Protecteur pendant des années des moins fortunés, il soigne les malades et achète « …sans même le regarder, le tableau qu’on lui portait… » se souvient Renoir dans ses conversations avec Vollard. A Sisley et Pissarro, il a prodigué ses soins, leur voue une sincère amitié et possède d’eux quelques toiles comme respectivement Les Pommiers en fleurs ou le Jardin des Mathurins à Pontoise.

Tandis qu’il achète en 1874, une œuvre de Claude Monet, on pense qu’il ne fait sa connaissance que deux ans plus tard. En 1876, au mois d’avril, Monet note dans son carnet de compte pour la première fois le nom de M. De Bellio pour La gondole (avec cadre). Quelques mois plus tard, ce dernier lui consent même une avance pour trois toiles à venir. Pendant plusieurs années le nom de l’amateur apparaît dans ses comptes. Les deux hommes sont très proches. De Bellio sait le génie de l’artiste et choisit les œuvres qu’il achète pour ne s’en séparer qu’à l’occasion des demandes de leur auteur et pour être montrées aux expositions.

« …mon cher Monet, aucune de vos toiles importantes ne sortira jamais je le répète de ma collection… » Aux côtés d’Impression soleil levant, de la Locomotive, d’une vue des Tuileries … quelques peintures de Manet découvertes depuis plusieurs années, les œuvres de Berthe Morisot, dont l’admirable Jeune fille au bal peinte en 1875, sont à l’honneur. Renoir n’est pas négligé, il est un des artistes préférés de de Bellio et, en 1892, c’est à lui qu’il confie la tâche de réaliser le portrait de sa fille, juste avant son mariage avec Ernest Donop de Monchy. Georges de Bellio est un des premiers amateurs à faire partie de ceux que l’on nomme comme le groupe habituel des collectionneurs des impressionnistes : Caillebotte, Duret, Faure, Chocquet….

Le nombre de ses œuvres est si important que son appartement n’y suffit pas. Alors il loue tout près une petite boutique pour les présenter à ses amis du Café Riche, peintres, littérateurs et poètes… Monet, Pissarro, Sisley, Geffroy, Mallarmé, Mirbeau… Chacun vient s’étourdir devant cette remarquable collection. Quelques tableaux seront dispersés, mais en grande partie elle sera conservée par sa fille Victorine Donop de Monchy et léguée en 1957 à l’Académie des Beaux-Arts. » www.marmottan.com

En deuxième lieu, les Galeries nationales du Grand Palais présente une exposition digne d'être vue et revue:  l'exposition Courbet:   http://www.rmn.fr/gustavecourbet/

courbet

Mon chéri aime beaucoup ce peintre.  Depuis toujours.  Mais surtout depuis le jour où nous avons déniché une toile dans le vieux Québec, avec des vaches un peu délirantes et un personnage complètement hors perspective.     Depuis ce jour, mon P. chéri est convaincu que l'obscur signataire de sa toile, un dénommé  Cora ou Cova était un fidèle discipline de Courbet!  Nous irons voir pour faire nos constats nous-mêmes.  Moi, je préfère Courbet ... cela dit sans prétention ... pour Cora qui, il faut tout de même l'admettre a peint une scène bucolique avec un talent certain!

La beauté du Grand Palais tient aussi dans sa situation géographique!  A quelques pas des Champs Elysées et des macarons sublimes de LaDurée! (www.laduree.fr - pour une visite en ligne qui vous mettra l'eau à la bouche!)  Regardez-moi cela!:

28

Et cela!

15294089

Et encore cela!!

ANZvpU9XFL7eAvBbcioBjacY4heiCAOD_800x600

Heureusement, après toutes ces douceurs, on peut se repentir de nos péchés de gourmandises en parcourant des kilomètres de jolies promenades!  Je ne me lasserai jamais de cette promenade le long des Champs Elysées, jusqu'à la Concorde, dans les jardins des Tuileries jusqu'à la pyramide du Louvre ...

«Aux Champs-Elysées, aux Champs-Elysées...
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit
Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées»

Posté par annemariem à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Un musée: Le Marmottan Monet et autres délices

Nouveau commentaire